indifférence


indifférence

indifférence [ ɛ̃diferɑ̃s ] n. f.
• 1487; h. 1377; lat. indifferentia
IÉtat d'une personne qui est indifférente.
1État d'une personne qui n'éprouve ni douleur, ni plaisir, ni crainte, ni désir. apathie, ataraxie, désintéressement, détachement, distance, indolence, insensibilité, recul. « cette indifférence, [...] ce détachement total qui la sépare du monde » (F. Mauriac).
2Détachement à l'égard d'une chose, d'un événement (exprimé ou sous-entendu). dédain. Hausser les épaules pour marquer son indifférence ( bof) . Indifférence devant, pour les malheurs d'autrui. Indifférence aux événements. Affronter la mort avec indifférence. équanimité, flegme, impassibilité.
Spécialt Indifférence (religieuse). agnosticisme, scepticisme.
3Absence d'intérêt à l'égard d'un être, des hommes. froideur, réserve. L'indifférence que lui a témoignée son entourage. « l'indifférence de millions de gens à son sort » (Green). insensibilité. Dans l'indifférence générale. désintérêt, inattention.
Spécialt Absence d'amour. « ces deux êtres n'avaient que de l'indifférence l'un pour l'autre » (Stendhal)(cf. Ne rien ressentir pour).
II(1855) Sc. État de ce qui est indifférent (I, 3o). équilibre, neutralité. Indifférence magnétique, électrochimique. ⊗ CONTR. Intérêt, passion; désir; amour, sentiment, tendresse.

indifférence nom féminin (bas latin indifferentia, du latin classique indifferens, -entis) État, sentiment de quelqu'un qui ne se sent pas concerné, touché par quelque chose, ou qui n'accorde aucune attention, aucun intérêt à quelqu'un, à quelque chose : Regarder un spectacle avec indifférence. État d'esprit de quelqu'un qui ne se sent pas concerné par le problème religieux. Absence d'amour chez quelqu'un qui ne répond pas au sentiment qu'il inspire. ● indifférence (citations) nom féminin (bas latin indifferentia, du latin classique indifferens, -entis) Simone de Beauvoir Paris 1908-Paris 1986 […] On ne peut rien écrire dans l'indifférence. Les Mandarins Gallimard Jean François Delharpe ou Delaharpe, dit de La Harpe Paris 1739-Paris 1803 Académie française, 1776 En France, le premier jour est pour l'engouement, le second pour la critique et le troisième pour l'indifférence. Mélanges Valery Larbaud Vichy 1881-Vichy 1957 La gloire n'est qu'une des formes de l'indifférence humaine. Ce vice impuni, la lecture Gallimard Robert Mallet 1915 L'indifférence qu'on porte à l'autre est sans doute la pire des raisons de lui être fidèle. Apostilles Gallimard Gabriel Marcel Paris 1889-Paris 1973 Descartes l'avait déjà vu avec une admirable clarté : la liberté d'indifférence est le plus bas degré de la liberté. Le Mystère de l'être Aubier Évariste Désiré de Forges, chevalier puis vicomte de Parny île Bourbon, aujourd'hui la Réunion, 1753-Paris 1814 Académie française, 1803 Une indifférence paisible Est la plus sage des vertus. Élégies George Bernard Shaw Dublin 1856-Ayot Saint Lawrence, Hertfordshire, 1950 Le pire péché envers nos semblables, ce n'est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence ; c'est là l'essence de l'inhumanité. The worst sin towards our fellow creatures is not to hate them, but to be indifferent to them ; that's the essence of inhumanity. Le Disciple du diable, II indifférence (expressions) nom féminin (bas latin indifferentia, du latin classique indifferens, -entis) Courbe d'indifférence, figuration graphique illustrant le comportement d'un agent économique qui, en présence de combinaisons de choix qui lui sont offertes, ne marque pas de préférence, parce qu'elles lui apportent la même satisfaction. Liberté d'indifférence, type de liberté auquel on a affaire lorsque l'âme, au moment de prendre la décision d'agir, est attirée par plusieurs actions possibles de façon égale. ● indifférence (synonymes) nom féminin (bas latin indifferentia, du latin classique indifferens, -entis) État, sentiment de quelqu'un qui ne se sent pas concerné...
Synonymes :
- dédain
- désaffection
- désintéressement
- désintérêt
- détachement
Contraires :
Absence d'amour chez quelqu'un qui ne répond pas au sentiment...
Synonymes :
- incompréhension
- insensibilité

indifférence
n. f.
d1./d état tranquille d'une personne qui ne désire ni ne repousse une chose. Indifférence en matière de religion.
d2./d Insensibilité. L'indifférence d'un ami.

⇒INDIFFÉRENCE, subst. fém.
I. — [Correspond à indifférent I]
A. — 1. État de celui/ce qui est indifférent, fait d'être indifférent. Ce silence, qui m'affligeait de la part de mon père, le blessait probablement de la mienne. (...) ce que je prenais pour de l'indifférence était peut-être un ressentiment caché (CONSTANT, « Cahier rouge », 1830, p. 90). Malgré ma mine tranquille, j'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence (FRANCE, Bonnard, 1881, p. 419). Le jugement de nos contemporains sur Guillaume Tell [de Rossini] (...) c'est l'indifférence. L'indifférence absolue, sans phrases (P. LALO, Mus., 1899, p. 116). La politesse, c'est l'indifférence organisée (VALÉRY, Tel quel II, 1943, p. 51). V. ataraxie ex. 3 :
1. Dieu m'était devenu indifférent. Lorsque vous m'aurez forcée à convenir que je le hais, en serez-vous plus avancé, imbécile? — Vous ne le haïssez plus, lui dis-je. La haine est indifférence et mépris. Et maintenant, vous voilà enfin face à face, lui et vous.
BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1160.
a) Indifférence + adj.
[L'adj. exprime une qualité] C'est ici le lieu de honnir à jamais ces mangeurs stupides qui avalent avec une indifférence coupable les morceaux les plus distingués (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 147). V. affiché ex. 10; épicurien A 1 ex. de Bourget. Il accepte avec une égale indifférence les ironiques compliments et les témoignages d'admiration sincère (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 57). Une pareille impassibilité torturait Judith, et, parfois, la rassurait. Une aussi monstrueuse indifférence n'était pas possible (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 120) :
2. ... il ne pouvait supporter cette insolente indifférence, cette façon de le réduire à l'état de machine, de le nier dès qu'il voulait parler en tant qu'individu et non transmettre des renseignements.
MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 238.
SYNT. Aimable, amère, amicale, apathique, apparente, belle, calme, charmante, complète, constante, dédaigneuse, feinte, fière, froide, grande, hautaine, implacable, incroyable, merveilleuse, morne, morose, paisible, placide, profonde, singulière, soudaine, souveraine, sublime, superbe, suprême, tiède, totale, tranquille, triste indifférence; indifférence absolue, affectée, bienveillante, compréhensive, ennuyée, entière, extrême, généreuse, glaciale, impassible, injurieuse, majestueuse, méprisante, miséricordieuse, polie, provocante, sceptique, silencieuse, stupide.
[L'adj. exprime une relation] Il s'indigne contre l'indifférence générale, contre la paix et la joie d'un monde insensible à sa peine (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 150) :
3. À ce terme se manifeste, avec ses conséquences immorales, la sympathie universelle, ou l'universelle indifférence du génie germanique. Viennent toute religion, toute philosophie, toute histoire, l'auteur du Faust, le Faust contemporain les réfléchira, les absorbera dans l'océan de sa poésie.
MICHELET, Introd. Hist. univ., 1831, p. 429.
En partic. [L'adj. précise le domaine auquel s'applique l'indifférence] Indifférence artistique, métaphysique, politique; indifférence religieuse (infra 2 a); indifférence sensuelle. Ce terrible passage de l'amour à l'indifférence conjugale (BALZAC, Physiol. mar., 1826, p. 111). Alors la science ne ferait plus de progrès et s'arrêterait par indifférence intellectuelle, comme quand les corps minéraux saturés tombent en indifférence chimique et se cristallisent (C. BERNARD, Introd. ét. méd. exp., 1865, p. 353).
b) Indifférence + compl. introd. par la prép. de.
[Le compl. désigne celui qui éprouve l'indifférence] Indifférence du public; indifférence des égoïstes, des masses, des passants. Il n'y a point de blessure plus cruelle que celle qui est faite au cœur d'une mère par l'indifférence de ses enfants (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1833, p. 167). Ce peu de succès n'avait nullement découragé les inventeurs, et bien d'autres mécaniques avaient vu le jour, mais toutes s'étaient heurtées à l'indifférence des autorités et à l'hostilité du public (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p. 342) :
4. Je ne sais quelle indifférence de mourant m'est venue avant l'heure. Autrefois, un désir, une ambition, une espérance me sortaient un jour, violemment, de cet état d'âme. Aujourd'hui, je sens qu'il n'y a plus rien au monde que je me donnerais la peine de désirer, d'ambitionner, d'espérer, de rêver.
GONCOURT, Journal, 1874, p. 994.
P. anal. [Correspond à indifférent I B] Tout nous quitte, hélas! et l'ingratitude des gens vient compléter l'indifférence des choses (AMIEL, Journal, 1866, p. 278). Au fond du champ, deux phares s'allumèrent dans l'indifférence de la nuit (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 813) :
5. Comme si cette grande colère m'avait purgé du mal, vidé d'espoir, devant cette nuit chargée de signes et d'étoiles, je m'ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde.
CAMUS, Étranger, 1942, p. 1209.
[Le compl. désigne un trait du comportement de celui qui éprouve l'indifférence] Indifférence d'une caresse, d'un geste. Cette espérance seule peut le consoler de l'indifférence du billet qu'il reçoit (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p. 177). Et sans doute, l'aveu qu'elles me firent de l'indifférence de leurs gémissements sous les étreintes (...) pénétra mon esprit du goût de l'ironie (LÉAUTAUD, Essai sentimental., 1896, p. 23).
[Le compl. désigne la cause de l'indifférence] Les sots s'aperçurent de son mépris pour eux, car les sots ont un tact singulier sur cet article, et rien ne les chagrine tant que l'indifférence du mépris (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 82). Les temples, les arcs, les colisées de Rome morte, foulés aux pieds dans Rome vivante, avec l'indifférence de l'habitude ou la profanation de l'oubli (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 69).
c) Indifférence + compl. introd. par d'autres prép. [Le compl. désigne l'objet de l'indifférence]
Indifférence à + subst. Quiconque connaît l'indifférence que j'ai aux choses humaines, le peu de prix que j'attache à tout, saura ce qu'il a dû m'en coûter pour me plier à tant de contraintes (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 203). Je m'étonnai de son indifférence aux bosses, aux taches, aux assiettes cassées : elle ne se fâchait jamais (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 92). V. bourgeois II B 1 ex. de Flaubert :
6. ... le plus dangereux effet de l'épuisement qui gagnait, peu à peu, tous ceux qui continuaient cette lutte contre le fléau, n'était pas dans cette indifférence aux événements extérieurs et aux émotions des autres, mais dans la négligence où ils se laissaient aller.
CAMUS, Peste, 1947, p. 1374.
SYNT. Indifférence au bien et au mal, au juste et à l'injuste, à l'opinion publique, aux approbations, aux haines, aux outrages, aux tentations.
Indifférence à l'égard de + subst. Comme toutes les fortes passions de l'homme, l'ambition nous entretient dans un singulier état d'indifférence à l'égard d'autrui (BERNANOS, Imposture, 1927, p. 387). Mes amis ne concevaient point cette indifférence à l'égard de l'avenir (VALÉRY, Variété V, 1944, p. 96). V. froideur ex. 5.
Indifférence à l'endroit de + subst. Il serait peut-être vain d'accuser les artistes d'indifférence à l'endroit de la seule « chose publique » qui compte : le domaine des idées et des pressentiments (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 177).
Indifférence de + subst. (vieilli). Indifférence des autres, de tout. Cette inquiétude qui finit par le dégoût ou du moins l'indifférence de la vie (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 158). Il y a une chose que j'aime beaucoup en M. Leconte, c'est son indifférence du succès (FLAUB., Corresp., 1853, p. 231).
Indifférence devant + subst. Il y a quelque chose de primaire à s'étonner de l'indifférence des êtres devant la mort d'un de leurs proches (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 909).
Indifférence envers + subst. Je peux, dans mon surgissement du monde, me choisir comme regardant le regard de l'autre et bâtir ma subjectivité sur l'effondrement de celle de l'autre. C'est cette attitude que nous nommerons l'indifférence envers autrui (SARTRE, Être et Néant, 1943, p. 448).
Indifférence pour
+ subst. Il faudrait pouvoir unir les contraires, l'amour de la vertu avec l'indifférence pour l'opinion publique, le goût du travail avec l'indifférence pour la gloire, et le soin de sa santé avec l'indifférence pour la vie (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p. 29). Il était plein d'une indifférence dédaigneuse pour tout ce qui se passait (NIZAN, Conspir., 1938, p. 247).
SYNT. Indifférence pour le bien, la gloire, la patrie, la religion; indifférence pour la mort, pour la vie; indifférence pour les hommes, pour les choses; indifférence pour les arts, les études, les richesses, les sciences.
+ inf. (vieilli). Dans l'état de chute, l'homme n'a guère d'indifférence réelle, à aucun moment, pour faire le bien ou le mal; sa volonté est toujours fléchie et déterminée à l'un ou à l'autre (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 104).
Indifférence sur + subst. (vieilli). Indifférence sur son sort, sur la politique, sur les plaisirs. L'indifférence du sage sur ce que les hommes inquiets ou prévenus appellent des malheurs et des biens (SENANCOUR, Obermann, t. 1, 1840, p. 184) :
7. Tu as su (...) de quel malheur le ciel m'a frappé. Je n'ai plus d'enfant! Je n'ai plus rien dans l'avenir que vide et tristesse et indifférence sur moi-même.
LAMART., Corresp., 1833, p. 335.
Indifférence vis-à-vis de + subst. Une atmosphère d'indifférence vis-à-vis des fins optimistes que l'homme prête à la vie et d'acceptation définitive de la cruauté de Dieu (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 205).
d) Subst. + d'indifférence. Certains éléments du monde, les vivants, cherchent à persévérer dans leur être; ils s'efforcent de remonter le courant d'indifférence qui entraîne la matière inanimée (MAUROIS, Journal, 1946, p. 14). Je l'aime autant que jamais et je souffre abominablement de ne pouvoir le lui laisser connaître; cette attitude qu'elle m'impose, ce masque d'indifférence qu'elle me force à revêtir, lui paraissent certainement plus sincères que ce que je ne pourrais que balbutier (GIDE, Et nunc manet, 1951, p. 1154). V. filtrer ex. 12.
SYNT. Accent, air, geste, signe, sourire, ton d'indifférence; carcan, cuirasse, halo d'indifférence; état, fond, preuve, sentiment, symptôme d'indifférence; abîme, désert, mur d'indifférence.
e) Verbe + (de) l'indifférence. Ce soir-là, elle redoutait tellement une scène, qu'elle affecta l'indifférence (ZOLA, Nana, 1880, p. 1304). Il écoutait en silence (...), profondément intéressé, bien qu'il jouât l'indifférence et affectât de s'étirer les bras en soupirant bruyamment (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 1re part., 5, p. 58) :
8. Les réticences de mon père m'étonnaient et me piquaient (...). Il aurait dû s'intéresser à mes efforts, à mes progrès, me parler amicalement des auteurs que j'étudiais : il ne me marquait que de l'indifférence et même une vague hostilité.
BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 175.
SYNT. Affronter, feindre, professer, simuler l'indifférence; reprocher à qqn son indifférence; concevoir, éprouver, inspirer, montrer (de) l'indifférence; se heurter à l'indifférence; demeurer, s'enfermer, mourir, sombrer, vieillir dans l'indifférence; se cuirasser d'indifférence; accuser qqn d'indifférence; souffrir de l'indifférence de qqn; témoigner de l'indifférence à qqn; accorder qqc. à qqn par indifférence; prendre qqc. pour de l'indifférence.
f) Loc. adv.
(Faire qqc.) avec indifférence. Accueillir, accepter, considérer, recevoir (qqc. ou qqn) avec indifférence. Comme je peux tout entendre avec indifférence, de même je peux tout ignorer sans peine (COTTIN, C. d'Albe, 1799, p. 198). La mêlée en était arrivée à ce point (...) où l'on marche avec indifférence sur des amas de blessés et de cadavres (HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 430).
Prendre, recevoir qqc. en (toute) indifférence. Cette certitude me consolait et me faisait prendre en patience et en indifférence l'intervalle que je croyais court entre le départ et la réunion (LAMART., Nouv. Confid., 1851, p. 14).
2. En partic.
a) Indifférence religieuse, en matière de religion ou, absol., indifférence. ,,État d'esprit ou système d'une personne qui admet que toutes les religions sont également bonnes ou mauvaises`` (MARCEL 1938). Essai sur l'indifférence en matière de religion (ouvrage de Lamennais, 1817-1823). Si j'ignore la marche et les relais de ma conversion, je puis au moins deviner quels sont les motifs qui, après une vie d'indifférence, m'ont ramené dans les parages de l'Église (HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 34) :
9. Il semble (...) que pour le moment, une très grande partie de la jeunesse soit parvenue à un état de complète indifférence religieuse, — due peut-être, précisément, pour une part, à un transfert du sentiment religieux sur d'autres objets.
MARITAIN, Human. intégr., 1936, p. 76.
b) [Dans le domaine des relations amicales ou amoureuses] Quand je songe à mon indifférence pour lui, je m'étonne encore qu'il ait continué de m'aimer comme il l'a fait (DUMAS père, Teresa, 1832, III, 7, p. 190). Le contraire de l'amour n'est pas la haine mais l'indifférence (CHOISY, Psychanal., 1950, p. 41) :
10. Amélie n'est plus rien pour moi. Je dirai même que l'indifférence que j'ai sentie pour elle dans cette soirée a été telle que j'en ai éprouvé quelque gêne.
DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 243.
P. méton., au plur. Manifestations d'indifférence. Le souvenir de ses indifférences et de ses duretés fait que toujours j'appréhende un peu le revoir (GIDE, Journal, 1915, p. 514) :
11. Maintenant qu'elle lui appartenait, elle devait être toute à lui. Il se disait qu'il l'aimait assez pour qu'elle se contentât de son amour. Il n'admettait pas ses rêveries, se sentait cruellement blessé par ses indifférences passagères.
ZOLA, M. Férat, 1868, p. 79.
3. Au plur., rare. Fait d'être indifférent à l'égard de plusieurs objets. L'âme traversée d'indifférences, de contradictions désolées et de distractions en dérive (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 296) :
12. ... je me suis dégoûté de mon public, et retiré dans ma coquille; j'ai successivement quitté les longs travaux et les vastes pensées (...); le découragement de la tristesse s'est compliqué des indifférences du mépris.
AMIEL, Journal, 1866, p. 99.
4. Spécialement
a) CHIM. [Correspond à indifférent I C 3 a] Indifférence [du saccharose] vis-à-vis de la potasse ou de la soude (ROUBERTY, Sucr., 1922, p. 11).
b) LING. Position d'indifférence. ,,Position normale des organes vocaux pendant le silence`` (MAR. Lex. 1933, p. 99).
c) PHILOS. Liberté d'indifférence. Faculté de se décider en l'absence de tout mobile ou motif capable de terminer la volonté (d'apr. GOBLOT 1920). Les théories antagonistes dites du déterminisme et de la liberté d'indifférence sont toutes deux fausses et fondées sur une erreur commune (RENOUVIER, Essais crit. gén., 3e essai, 1864, p. XXXIV). La prétendue liberté d'indifférence qui n'est que l'impossible indétermination du contenu du choix par rapport au contenu des motifs (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 177).
d) PHYSIQUE :
13. ... l'inertie de la matière consiste dans l'indifférence au repos et au mouvement; de sorte que ce qu'on nomme la mobilité des corps ne doit pas être regardé comme une qualité spéciale, mais seulement comme une conséquence du principe de l'inertie de la matière.
COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 187.
II. — [Correspond à indifférent II] Caractère indifférent de quelque chose; neutralité. Quant à moi, cela m'est d'une indifférence absolue (STAËL, Lettres L. de Narbonne, 1794, p. 267). Ils ne pouvaient continuer la conversation muette qu'avaient eue leurs regards. Ils ne pouvaient non plus rester dans l'indifférence d'un dialogue ordinaire (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 224). L'indifférence des unités arithmétiques, dans son acception légitime, s'explique suffisamment parce qu'elle exprime l'acte de poser, sans autre détermination encore, le fait d'exister l'un sans l'autre (HAMELIN, Élém. princ. représ., 1907, p. 48).
ÉCON. Situation où deux choix différents ont, pour celui qui les fait ou peut les faire, la même attirance (d'apr. COTTA 1972). Les néomarginalismes adoptent une neutralité de principe à l'égard des mobiles humains et les accueillent sans tri dans leurs échelles de préférences et leurs systèmes d'indifférences (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 384).
Courbe (ou ligne) d'indifférence. Représentation graphique d'un ensemble de combinaisons de quantités données de deux produits qui font éprouver au consommateur un même degré de satisfaction (d'apr. COTTA 1972) :
15. ... je ne dis pas que des schèmes généraux de maximation (les courbes et surfaces d'indifférence de V. Pareto) et d'équilibre (les équilibres de E. Barone) peuvent logiquement englober tous les mobiles humains...
PERROUX, Écon. XXe s., 1964p. 595.
Surface (ou zone) d'indifférence. Surface couverte par un ensemble de courbes d'indifférence correspondant à un ensemble de degrés de satisfaction provoqués par des combinaisons de quantités différentes de deux mêmes produits. V. ex. 15.
III. — Rare
A. — Fait de ne pas faire de différences entre deux objets; objectivité. L'indifférence entre le bien et le mal, entre le juste et l'injuste, entre la liberté et la tyrannie, est une marque de faiblesse autant qu'une marque de force (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 117) :
14. Il faut dans cet ouvrage que chaque nation ait son dieu, comme de raison. Mais le poète les admettra tous. Il peindra les cérémonies de toutes les religions avec une indifférence et une égalité parfaites.
CHÉNIER, Amérique, 1794, p. 111.
B. — BIOL. Synon. rare de indifférenciation B. La première conception, celle de la spécificité absolue des cellules, s'oppose (...) formellement à la seconde, celle de l'indifférence absolue (POLICARD, Histol. physiol., 1922, p. 152).
Prononc. et Orth. : []. Ac. 1694-1740 : -diffe- : ensuite -diffé-. Étymol. et Hist. 1. 1372 « état physique qui ne présente rien de particulier » (D. FOULECHAT, Trad. du Policraticus de J. de Salisbury, f° 33 v°, col. I ds R. Ling. rom. t. 33, p. 322); 2. 1606 « état d'une personne indifférente » (CRESPIN, 3e part., s.v. indifferenza). Empr. au b. lat. indifferentia au sens 1. Fréq. abs. littér. : 2 934. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 3 433, b) 3 580; XXe s. : a) 3 993, b) 5 228.

indifférence [ɛ̃difeʀɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1372; bas lat. indifferentia « état physique sans particularité », « synonymie » en lat. impérial, de indifferens. → Indifférent.
———
I État d'une personne qui est indifférente.
1 Absolt. État d'une personne qui n'éprouve ni douleur, ni crainte, ni désir. || État d'indifférence, d'indifférence totale, absolue. Adiaphorie, apathie, assoupissement, ataraxie (cit. 2), désintéressement, insensibilité. || Une indifférence voisine de l'anesthésie (cit. 2). || Préférer la folie (cit. 11) des passions à la sagesse de l'indifférence.
1 C'est la vie, elle est préférable avec ses blessures et ses douleurs, aux noires ténèbres du dégoût, au poison du mépris, au néant de l'abdication, à cette mort du cœur qui s'appelle l'indifférence.
Balzac, Béatrix, Pl., t. II, p. 565.
2 Cette nuit passera, comme toutes les nuits; le soleil se lèvera demain : elle est assurée d'en sortir, quoi qu'il arrive. Et rien ne peut arriver de pire que cette indifférence, que ce détachement total qui la sépare du monde et de son être même.
F. Mauriac, Thérèse Desqueyroux, p. 156.
3 Je n'aime point l'humble résignation. Job a une âme d'esclave. Il n'atteint pas à la sérénité, mais seulement à une vertu très médiocre : l'indifférence.
M. Constantin-Weyer, Source de joie, X, p. 186.
4 La vieillesse est le sentiment qu'il est trop tard, que la partie est jouée, que la scène appartient désormais à une autre génération; le vrai mal de la vieillesse n'est pas l'affaiblissement du corps, c'est l'indifférence de l'âme.
A. Maurois, Un art de vivre, V, 5.
2 Détachement (à l'égard d'une chose, d'un événement exprimé ou sous-entendu). Dédain, détachement. || L'indifférence de qqn pour qqch. (→ Ataraxie, cit. 1; attachement, cit. 2; gentillesse, cit. 2; glacer, cit. 16). — Indifférence à… || Indifférence aux événements (→ Épuisement, cit. 4), à l'attrait du plaisir (→ Hédoniste, cit. 1).Indifférence quant à, à l'égard de, devant, envers (qqch., qqn). || Indifférence d'un malade à l'égard de sa maladie. Anosodiaphorie. || Indifférence sur qqch. (vieilli). || Indifférence vis-à-vis de qqch., de qqn.Indifférence sexuelle. Inappétence.Non qualifié. || L'indifférence, effet de l'habitude (cit. 32). || Indifférence due à la paresse. Indolence; nonchaloir. || Affronter (cit. 3) la mort avec indifférence. Équanimité, flegme, impassibilité. || Ambitieux qui affecte l'indifférence. || Œuvre qui rencontre l'indifférence du public (→ 2. Critique, cit. 20). || Hausser les épaules pour marquer son indifférence. || Indifférence en matière politique. Abstention, neutralité. || Ne manifester qu'indifférence devant une nouvelle, un drame. || Expression d'indifférence. 1. Baste, bof, tant (tant pis).
5 Quand nos amis nous ont trompés, on ne doit que de l'indifférence aux marques de leur amitié, mais on doit toujours de la sensibilité à leurs malheurs.
La Rochefoucauld, Réflexions et maximes, 434.
5.1 Mais je n'ai jamais été à confesse, je n'ai jamais fait ma première Communion, il sait si bien ridiculiser toutes ces choses, en absorber dans nous jusqu'aux moindres idées, qu'il éloigne à jamais de leurs devoirs celles qu'il a subornées (…) ou si elles sont contraintes à les remplir à cause de leur famille, c'est avec une tiédeur, une indifférence si entière, qu'il ne redoute rien de leur indiscrétion (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 112.
6 L'indifférence, j'en conviens, est une qualité des hommes d'État, mais des hommes d'État sans conscience. Il faut savoir regarder d'un œil sec tout événement, avaler des couleuvres comme de la malvoisie, mettre au néant, à l'égard des autres, morale, justice, souffrance, pourvu qu'au milieu des révolutions on sache trouver sa fortune particulière.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 139.
7 Et si on leur annonçait un résultat, ils faisaient mine de s'y intéresser, mais ils l'accueillaient en fait avec cette indifférence distraite qu'on imagine aux combattants des grandes guerres (…) n'espérant plus ni l'opération décisive, ni le jour de l'armistice.
Camus, la Peste, p. 208.
Vx. || Indifférence de (suivi de l'infinitif) :
8 (…) des hommes qui vivent dans l'indifférence de chercher la vérité d'une chose qui leur est si importante et qui les touche de si près.
Pascal, Pensées, III, 195.
(1817, Lamennais; indifférence de la religion, XVIIe, Pascal). Spécialt. || Indifférence en matière de religion, indifférence religieuse : état d'esprit consistant à ne pas se poser le problème religieux, ou à nier son importance. Agnosticisme, incrédulité, irréligion, scepticisme. Vx. || Vivre dans l'indifférence de la religion, des religions (→ Ennemi, cit. 10). Absolt. || L'indifférence (→ Évagation, cit.; hérésiarque, cit. 2).Littér. || Essai sur l'indifférence en matière de religion, œuvre de Lamennais (1817-1823).
9 Cette âme patiente, tranquille, immuable dans ses projets, n'avait qu'une ambition, qu'un plaisir au monde : celui de lutter avec ses simples forces contre l'irréligion et l'indifférence répandues en France.
Stendhal, le Rose et le Vert, V.
10 Eudes s'unit à l'émir et lui donna sa fille. Cette étrange alliance, dont il n'y avait pas d'exemple, caractérise de bonne heure l'indifférence religieuse dont la Gascogne et la Guienne nous donnent tant de preuves (…) le pays d'Henri IV, de Montesquieu et de Montaigne n'est pas un pays de dévots.
Michelet, Hist. de France, II, II.
11 Ce pays où l'indifférence en matière de religion est si commune, est aussi le pays des plus récents miracles.
Valéry, Regards sur le monde actuel, p. 135.
12 (…) mon père marquait pour les choses de la foi, cette indifférence polie, cet assentiment extérieur que l'on doit considérer, bien plus que les fureurs anticléricales, comme un présage alarmant dans l'histoire d'une religion.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, I, X.
Philos. || Liberté d'indifférence, qui consisterait dans « la faculté de se décider sans y être déterminé par aucun motif ni mobile » (Cuvillier). Arbitre (libre), indétermination, liberté.
13 (…) cette indifférence que je sens lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d'aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, et fait plutôt paraître un défaut dans la connaissance qu'une perfection dans la volonté (…)
Descartes, Méditations, IV.
3 (Déb. XVIIe). Absence d'intérêt à l'égard d'un être, des hommes. Froideur. || L'indifférence que lui a montrée, témoignée son entourage l'a profondément déçu. || L'indifférence des enfants à l'égard des adultes (cit. 6). || Artiste, novateur qui bataille (cit. 2) au milieu de l'indifférence générale. Inattention.
14 Il est bien peu de personnes qui sachent respecter une grande douleur, du moins si l'on en juge par l'indifférence ou même la joie qu'on témoigne devant celui qui l'éprouve.
Chênedollé, in Sainte-Beuve, Chateaubriand, t. II, p. 194.
15 (…) il ne regarda point ce malade (…) avec humanité, mais avec cette froide indifférence, facile à transformer en haine, qui sépare les représentants de deux espèces animales.
M. Barrès, Leurs figures, p. 245.
16 L'indifférence, la tolérance ne sont plus de mise, dès que l'ennemi s'en fait fort et qu'on voit prospérer ce que l'on considère décidément comme mauvais.
Gide, Journal, 25 févr. 1932.
17 Grattant sa barbe de crin roux, il tourna négligemment la tête et regarda avec une indifférence affectée un des trois nouveaux (…)
R. Dorgelès, les Croix de bois, p. 10.
18 Je crois qu'ils m'aiment, et c'est étonnant comme leur amour ressemble à l'indifférence.
G. Duhamel, le Voyage de P. Périot, p. 94.
Par métaphore. (Choses). || Sentir comme une déclaration d'indifférence dans l'heure qui sonne (→ Glaçant, cit. 2, Hugo). || Vigny a souligné dans la « Maison du berger » l'indifférence de la nature. || L'indifférence d'un paysage (→ Beau, cit. 66).
19 Elle éprouva brusquement un sentiment jusqu'alors inconnu : l'indifférence complète de tout à l'égard de ce qui se passait en elle, l'indifférence de cette église et de cette place à sa douleur, l'indifférence de millions de gens à son sort.
J. Green, Adrienne Mesurat, p. 181.
Spécialt. Absence d'amour chez un être qui ne répond pas ou ne répond plus aux sentiments qu'il inspire. Insensibilité; et (vieilli) cruauté, rigueur. || La Fontaine regrettait l'indifférence de Madame de Sévigné (→ Attrait, cit. 16). || Combattre (cit. 4), vaincre l'indifférence de la personne qu'on aime. || Elle a pour lui la plus complète indifférence (→ Expliquer, cit. 28). || Affecter, feindre, jouer l'indifférence. || L'indifférence a bientôt succédé à l'amour (→ Assoupir, cit. 12; avarie, cit. 6; excessif, cit. 6).
20 De la plus forte ardeur vous portez vos esprits
Jusqu'à l'indifférence, et peut-être au mépris (…)
Corneille, Polyeucte, II, 2.
21 (…) l'un d'eux obtient la préférence :
Je crois voir l'autre encore avec indifférence;
Mais cette indifférence avec une aversion
Lorsque je la compare avec ma passion.
Corneille, Rodogune, I, 5.
22 De ce qu'on a chéri la fatale présence
Ne nous laisse jamais dedans l'indifférence (…)
Molière, le Dépit amoureux, I, 1.
23 Quelque pressentiment de son indifférence
Vous fait-il loin de Rome éviter la présence ?
Racine, Bérénice, I, 3.
24 (…) languissant dans l'exil où vous m'avez condamné; ne vivant que de privations et de regrets; en proie à des tourments d'autant plus douloureux, qu'ils me rappellent sans cesse votre indifférence; me faudra-t-il encore perdre la seule consolation qui me reste ?
Laclos, les Liaisons dangereuses, LII.
25 (…) et comme ces deux êtres n'avaient que de l'indifférence l'un pour l'autre, ils se parlaient avec toute franchise.
Stendhal, Armance, II.
26 J'aime et je sais répondre avec indifférence (…)
A. de Musset, Poésies nouvelles, « À Ninon ».
27 (…) la tristesse profonde où me jetait ton indifférence.
G. Sand, Lettres à Musset, XII.
28 Ce n'était pas que je n'aimasse encore Albertine, mais déjà pas de la même façon que les derniers temps (…) Je sentais bien maintenant qu'avant de l'oublier tout à fait, comme un voyageur qui revient par la même route au point d'où il est parti, il me faudrait, avant d'atteindre à l'indifférence initiale, traverser en sens inverse tous les sentiments par lesquels j'avais passé avant d'arriver à mon grand amour.
Proust, la Fugitive, Pl., t. III, p. 558.
———
II (1855). Sc. État de ce qui est indifférent (I., 2.). Équilibre, neutralité. || Indifférence magnétique, électrochimique.
CONTR. Ardeur, chaleur, enthousiasme, ferveur, fièvre, flamme, intérêt, passion, sensibilité, zèle; ambition, anxiété, avidité, besoin, convoitise, désir, émulation, fanatisme, souci; affection, amour, apitoiement, attachement, attendrissement, commisération, compassion, complicité, contrition, dévotion, dévouement, émotion, empressement, engouement, enivrement, sentiment, sollicitude, tendresse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Indifference — may refer to: *apathy, the lack of emotion, motivation, or enthusiasm; a psychological term for a state of indifference . * Indifference a song in the Valse Musette style. Written by Joseph Colombo and Tony Murena. Recorded by (amongst others):… …   Wikipedia

  • indifference — Indifference. s. f. Estat d une personne indifferente. Estre dans l indifference. voilà une grande indifference. j ay de l indifference, une extrême indifference pour cela …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Indifference — In*dif fer*ence, n. [L. indifferentia similarity, lack of difference: cf. F. indiff[ e]rence.] [1913 Webster] 1. The quality or state of being indifferent, or not making a difference; lack of sufficient importance to constitute a difference;… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Indifference — «Indifference» Canción de Pearl Jam Álbum Vs Publicación 1993 Grabación 1993 …   Wikipedia Español

  • indifference — I noun aloofness, apathy, blankness, coldness, coolness, detachment, disinterestedness, disregard, impassiveness, imperturbability, inattention, inconsideration, insouciance, laxity, lukewarmness, neglect, negligence, nonchalance, nonobservance,… …   Law dictionary

  • indifference — (n.) mid 15c., from L. indifferentia want of difference, similarity, noun of quality from indifferentem (see INDIFFERENT (Cf. indifferent)) …   Etymology dictionary

  • indifference — [n] absence of feeling, interest alienation, aloofness, apathy, callousness, carelessness, cold bloodedness, coldness, cold shoulder*, coolness, detachment, disdain, disinterest, disinterestedness, dispassion, disregard, equity, heedlessness,… …   New thesaurus

  • indifference — [in dif′ər əns, indif′rəns] n. [Fr < L indifferentia] the quality, state, or fact of being indifferent; specif., a) lack of concern, interest, or feeling; apathy b) lack of importance, meaning, or worth: Also Archaic indifferency …   English World dictionary

  • indifférence — (in di fé ran s ) s. f. 1°   L état d une personne indifférente. •   Cette indifférence que je sens lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, DESC.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • indifference — noun ADJECTIVE ▪ complete, supreme (esp. BrE), total, utter ▪ growing ▪ deliberate, studied ▪ …   Collocations dictionary